-Films Be Kind rewind Bon

[Be Kind Rewind] JUGATSU de Takeshi Kitano (1990)

Avec JUGASTU, sa seconde réalisation pour le cinéma sortie en 1990, Takeshi Kitano associe à la violence froide déjà à l'oeuvre sur son précédent film VIOLENT COP, un versant plus burlesque et absurde. Une sensibilité qui souligne une personnalité artistique plus complexe qu'il n'y parait.

Après un Violent Cop plein de promesses, Takeshi Kitano retourne derrière la caméra dès l’année suivante, en 1990, avec Jugatsu, seconde réalisation de Beat Takeshi, qui ouvre un peu plus son cinéma vers l’absurde et le burlesque. On y suit cette fois-ci un jeune pompiste mutique, amateur de baseball et qui se retrouve un peu malgré lui la cible d’une bande de yakuzas.
Autant Violent Cop s’articulait autour d’un canevas relativement classique de polar, autant Jugatsu emprunte des chemins moins attendus (Kitano est l’auteur du scénario). Il y poursuit l’auscultation attentive de ses personnages, un peu lunaires et naïfs, toujours en marge d’un système dans lequel ils ne parviennent pas à trouver leur place. C’est le cas du jeune pompiste Masaki, très beau personnage perdu au sein d’une intrigue qui le dépasse. Ce n’est pas pour rien si on le découvre pour la première fois enfermé dans l’exiguïté des toilettes. Il rencontre un yakuza aux tendances psychopathes (incarné par Kitano) qui pourrait être un prolongement logique d’Azuma de Violent Cop.

Des personnages en suspension

Plus encore que dans son premier film, Kitano s’attarde dans Jugatsu sur ces moments en creux, s’intéressant en premier lieu aux liens qui se tissent entre les personnages, entre deux scènes de violence. Soumis aux codes du film de yakuza dans Violent Cop, il commence à fêler ici le carcan pour s’en extraire. Geste qu’il amplifiera encore davantage par la suite. On y trouve ses premières séquences de jeux sur la plage, absolument fascinantes dans leur aspect anecdotique pourtant si trompeur. Il dépeint une petite bande de protagonistes, personnages en suspension, manifestant autant de colère, d’accès de violence que d’humour.
L’absurde y est poussé un cran au-dessus, tandis que les cadres de Kitano, à la pureté indéniable, éblouissent et déstabilisent, colorant l’ensemble du film d’un sentiment de liberté… Un deuxième essai, peut-être un peu moins accessible que Violent Cop, encore un peu brouillon dans ses tentatives, mais rendu passionnant par ces mêmes audaces, et qui marque une belle progression au sein d’un style naissant qui s’affirme de plus en plus…


JUGATSU
Takeshi Kitano (Japon – 1990)

Genre Policier/Comédie – Interprétation Takeshi Kitano, Gadarukanaru Taka, Hiroshi Suzuki, Iizuka Minoru, Yûrei Yanagi… – Durée 97 minutes. Distribué par Wild Side (21 novembre 2018).

L’histoire : Jeune pompiste et joueur de baseball empoté, Masaki répond aux injures d’un client yakuza par un coup de poing maladroit aux lourdes conséquences. Pour sauver la face et la réputation de son clan, l’offensé revient quelques jours plus tard en menaçant d’incendier la station-service.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s