Bandes-annonces

[Preview] EVIL DEAD 2013, un remake tout en paradoxes…

EVIL DEAD 2013 de Fede Alvarez

C’est le 8 mai que nous autres petits Français, auront le bonheur (ou le courage) de découvrir sur grand écran le remake du classique des classiques du cinéma d’horreur : Evil Dead de Sam Raimi. Un projet mis en branle sous la tutelle des instigateurs de l’original, Raimi en tête, et de son producteur de l’époque Robert Tapert, mais également de Bruce « Ash » Campbell, indissociable de la trilogie initiale. Alors que tous les fans de la sainte trinité Evil Dead sont montés au créneau à l’annonce de ce projet de relecture hollywoodienne, la présence à la tête du film des trois larrons responsables du traumatisme des années 80, a pourtant de quoi rassurer. Même si Sam Raimi producteur n’est pas constamment gage de qualité (remember Boogeyman, Les Messagers et autre Rise), on peut légitimement attendre une certaine tenue d’un projet que le réalisateur de Spider-Man ne peut décemment pas laisser partir en sucette, eu égard à l’importance et à la place particulière qu’occupe Evil Dead dans sa brillante carrière…

EVIL DEAD 2013 de Fede Alvarez

Panico ! Panico !

Aux manettes de ce Evil Dead 2013, on trouve un jeune inconnu qui signe là son premier long-métrage : Fede Alvarez. Un cinéaste uruguayen que Raimi a dépêché, impressionné par son court-métrage de science-fiction Ataque de panico ! Un choix audacieux qui peut souffler le chaud… comme le froid. Un manque d’expérience certain sur une telle production, qui pourrait tourner à l’avantage du jeune cinéaste, à considérer que la bardée de producteurs lui aient laissé une paix royale sur le plateau… Le même Sam Raimi en sait quelque chose : c’est avec quelques bouts de ficelles, une énergie démentielle et une passion dévorante qu’il accoucha en 1983 de la version aboutie de son court-métrage Within the Woods, un premier long qui deviendra le Evil Dead plébiscité encore aujourd’hui comme l’une des pierres angulaires de la cinéphilie fantastique de spectateurs du monde entier. Alors, Fede Alvarez, nouveau Sam Raimi ? Peut-être… En tout cas, les premières images dévoilées au sein des différents bande-annonces laissent présager un spectacle pour le moins… débridé et sanglant.

EVIL DEAD 2013 de Fede Alvarez

Evil MPAA

C’est là l’un des paradoxes les plus remarquables constaté depuis le lancement de la vague des réadaptations des classiques des années 70-80 qui ont pullulé ces dernières années sur les écrans. Alors qu’il était conspué il y a encore quelques mois par les fans du monde entier, le remake d’Evil Dead semble aujourd’hui être en top position des attentes des fantasticophiles de tous poils. Sacrée contradiction ! Un sentiment général que l’on doit en grande partie aux teasers qui, il faut bien le reconnaître et quelque soit le résultat final, constituent probablement  ce que l’on a pu voir de plus gore et de plus jouissif en la matière depuis bien longtemps sur un écran. Des images ne reculant jamais à montrer l’horreur la plus sanglante possible, sur un montage et une bande-son efficaces, le tout agrémenté de postures d’acteurs qui semblent être allés très loin dans leur jeu et leur implication pour le film, des scènes iconiques qui flattent l’oeil du connaisseur de la saga original : n’en jetez plus, cet Evil Dead 2013 a réussi son pari d’inverser la tendance et transformer le scepticisme ambiant en attente insurmontable… Une sacré gageure… Mais patatra… L’impitoyable comité de censure américain, la MPAA, est passée par là. Face au classement en NC-17 aux Etats Unis (interdit aux moins de 17 ans), Alvarez a été prié de remettre les mains dans le cambouis et de couper dans son film pour proposer un résultat acceptable pour une classification R (- de 17 ans accompagnés d’un adulte). Que restera-t-il alors des séquences prometteuses entrevues dans la première bande-annonce du film ? Réponse le 8 mai prochain…

Bande-annonce non censurée d’Evil Dead 2013

6 réponses »

      • ça c’est c’est sûr, le cartoon gore on oublie… Mais c’est en terme de mise en scène, de filmage que ça m’a l’air vraiment « dans l’air du temps » et pas de la bonne manière (Tendance Saw, Destination final & Cie)… Du splatter pour djeuns avec la caméra qui virevolte dans tous les sens…
        Mais chez Raimi la prouesse était que la caméra semblait être une entité vivante et que c’était aussi drôle que ça foutait les jetons…
        Là, je crains le pire…
        Surtout après la douche froide « Maniac » dont j’attendais plus et que j’ai vraiment trouvé mauvais…
        Ras le bol des remakes de merde…

        J'aime

      • Ras le bol des remakes de merde… + 10000000000000

        Laissons lui pour le moment, le bénéfice du doute… Si le film est une purge, on aura tout le temps de le désosser dans les grandes largeurs….. 😉

        J'aime

  1. Un film qui me semble dans « l’air du temps » niveau cinéma d’horreur (ce qui, pour moi, n’est pas bon signe). Malgré tout, comme tu le dis, on peut – on espère – se tromper.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s