[Critique] HIROKIN d’Alejo Mo-Sun

HIROKIN d'Alejo Mo-Sun

HIROKIN d'Alejo Mo-Sun

Réalisé par l’illustre inconnu Alejo Mo-Sun, Hirokin est un film de science-fiction qui se place dans la droite lignée de John Carter, Dune et autres Star Wars, exemples affichés du réalisateur pour son premier long-métrage. Egalement auteur du scénario, Alejo Mo-Sun ne fait pas dans l’originalité débordante, c’est le moins qu’on puisse dire. Enième récit de peuple opprimé par un tyran, qu’un vaillant guerrier va devoir combattre pour sauver sa princesse, sur fond de peuples opposés qui s’allient pour renverser le dictateur sanguinaire… Il faut une bonne dose d’indulgence au spectateur pour ne pas faire la moue et refermer fissa le blu-ray d’Hirokin. Après tout, le film dispose peut-être d’atouts… En effet, si qualités il y a, elles sont de toute évidence associées à l’aspect visuel du film. Tirant le meilleur parti de magnifiques paysages de déserts qu’il se plaît clairement à filmer, le cinéaste d’origine allemande ne recule devant aucun artifice pour d’une part, donner à voir des images splendides de paysages ensablés et de couchers de soleils, devant lesquels son héros erre comme une âme en peine, ni dans l’utilisation plus criticable d’effets de ralentis et autres afféteries de mise en scène un peu too much… A la sortie, Hirokin flatte la rétine, mais cache assez mal son manque de moyen, ce qui, pour qui n’a pas réellement d’idées ni d’inspiration, peut être rédhibitoire quant on s’attaque au film d’aventure et de science-fiction.

HIROKIN d'Alejo Mo-Sun

Circulez, y a rien à voir…

Et Alejo Mo-Sun ne dispose de toute évidence ni de l’inspiration, ni du talent suffisants pour apporter ne serait-ce qu’un soupçon de souffle et d’héroïsme à un récit qui en aurait cruellement besoin. A cet égard, et toutes proportions budgétaires gardées (mais le rapprochement saute tellement aux yeux), la comparaison avec John Carter fait mal aux mirettes, tant malgré les défauts du film, Andrew Stanton brillait dans sa façon d’insuffler un souffle épique à l’ancienne à l’aide d’une poignée de personnages, quand Alejo Mo-Sun a toutes les peines du monde à divertir avec des séquences d’une platitude confondante. Les scènes se suivent péniblement, et présentent sans complexe toute l’imagerie mille fois vue dans le genre : l’homme mystérieux qui se découvre héros, la femme enlevée, le combat dans l’arène, la découverte d’une peuplade opprimée, l’initiation par le leader rebelle, et enfin le soulèvement des plus faibles.

HIROKIN d'Alejo Mo-Sun

A l’écran, ça se bat assez péniblement, ca serre furieusement les mâchoires (Wes Bentley, bouleversant dans American Beauty, absolument monolithique ici), Julian Sands qui cachetonne… et surtout ça parle beaucoup et ça se prend très au sérieux… Hirokin pourrait apparaître sympathique s’il n’était pas aussi insignifiant, doté en plus d’effets spéciaux numériques d’une qualité toute relative (dès le plan d’ouverture, on décroche). Difficile donc de défendre un film qui se voudrait plus gros qu’il n’est, une tornade qui tourne rapidement à l’eau plate…


HIROKIN – L’ÉPÉE DES OPPRIMES
Alejo Mo-Sun (USA – 2012)

Note : 1Genre Science fiction – Interprétation Wes Bentley, Angus Macfayden, Julian Sands, Laura Ramsey… – Musique John Paesano – Durée 101 minutes. Distribué par France Télévisions distribution

L’histoire : Sur la planète Aradius, les Arides sont sous le joug du Griffon, un sanguinaire tyran humain. Hirokin, guerrier solitaire, est laissé pour mort au milieu de l’étendue désertique après avoir tenté de sauver sa femme et son fils des mains des sbires du Griffon. Secouru par une tribu Aride, il fait la connaissance de Moss, leader de la rébellion. En suivant les enseignements de ce dernier, Hirokin va choisir d’accomplir sa destinée en combattant pour la liberté des opprimés…

Par Nicolas Mouchel

Journaliste et créateur d'Obsession B.
Passionné de cinéma de genre, particulièrement friand des œuvres de Brian De Palma, Roman Polanski, John Carpenter, David Cronenberg et consorts... Pas insensible à la folie et l'inventivité des cinéastes asiatiques, Tsui Hark en tête de liste... Que du classique en résumé. Les bases. Normal.
Contact : niko.mouchel@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Three Mothers Films

Si vous n'aimez pas mes films, ne les regardez pas - Dario Argento

CritiKs MoviZ

Critiques de films ...

LA FOUTOIROTHÈQUE

Collection cinéphagique en forme de boxon

Sweet Judas

Le blog qu'on sait pas trop de quoi il parle, mais qu'il est vachement beau.

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Le blog de la revue de cinéma Versus

Films de genre & grands classiques

Mauvais Genre

par amour pour le cinéma de genre

Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Beaucoup de cinéma, un zeste de littérature, une cuillerée de sport et d'actualité et un tantinet d'histoires du quotidien d'un zéro.

Les Chroniques de Cliffhanger & Co

Actualités cinéma et séries tv : Critiques, news, analyses...

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :