Série TV

[Série TV] DEXTER – Saison 8

DEXTER Saison 8

Série adulée puis honnis par ses propres fans, Dexter vient de tirer sa révérence après huit saisons. Une conclusion à l’issue d’une ultime fournée d’épisodes dont la qualité plus que moyenne n’a d’égale que l’enthousiasme très relatif engendré par les précédentes saisons du show. De l’avis général, la série aurait pu (du ?) s’arrêter sitôt l’incroyable conclusion de la saison 4 achevée. Oui mais… Face au succès légitime engendré à l’époque par une équipe de scénaristes au mieux de leur forme, il fallait en rajouter une couche, apporter des réponses et une excroissance à une oeuvre qui se suffisait pourtant à elle-même à l’issue de la plus brillante saison de la série.

Dire que les attentes ont été déçues depuis relève de l’euphémisme… Plus jamais dans les quatre saisons suivantes, Dexter n’a atteint ne serait-ce qu’un soupçon de la qualité et de la puissance des précédentes. Tantôt rébarbative, tantôt caricaturale, souvent ennuyeuse, la suite des aventures de notre spécialiste en analyse de sang de la Miami Métro Police a plus ressemblé à un long chemin de croix pour le spectateur fidèle. Jusqu’à cette ultime salve de douze épisodes censés mettre un terme à l’existence télévisuelle du personnage…

DEXTER Saison 8

Vive le vent !

Il y a beaucoup à dire sur ce qui ne fonctionne pas dans cette ultime saison. Des éléments qu’on pourrait d’ailleurs appliquer aux précédentes, tant les maux du show sont récurrents. Au cœur de la série, on trouvait initialement un concept intriguant, une approche originale et des personnages forts. Après sept saisons très inégales, le récit principal a fini par se diluer dans un nombre invraisemblable de sous-intrigues devenant de moins en moins intéressantes. Cette huitième saison décroche le pompon en matière d’arcs narratifs stupides et surtout sans aucun intérêt. Que ce soit les aventures paternelles de Mazuka, les atermoiements professionnels et amoureux de Quinn ou l’honneur aveuglé de Baptista… L’ennui pointe le bout de son nez trop souvent. Expurgé de ces récits parallèles, cette ultime saison aurait pu maigrir de la moitié de ses épisodes.

Des intrigues sans intérêts, mais également des personnages dont l’évolution n’a ni queue ni tête et qui reflètent le manque total d’inspiration ou l’affligeante fainéantise des auteurs. La meilleure illustration est la gestion du cas Hannah. Le retour d’Yvonne Strahovski, double féminin de Dexter emprisonnée à l’issue de la saison 7, s’invite à nouveau par le biais d’un tour de passe-passe incohérent, et remporte la palme du personnage le plus volubile : à la fois menaçante, puis aimante, pour finir en mère de substitution parfaite, tout ce qui entoure Hannah respire l’artificiel. On ne va pas se mentir non plus, des protagonistes récurrents comme Baptista ou Quinn n’ont jamais déchaîné les passions. Ils sont clairement en roue libre dorénavant… Et que dire de l’arrivée de Sean Patrick Flannery (Les aventures du jeune Indiana Jones forever…), qui déboule dans un rôle récurrent sans aucune saveur.

Seule Charlotte Rampling, personnage majeur de cette dernière saison, tire quelque peu son épingle du jeu. C’est par son intermédiaire que l’intrigue principale liée à la condition de Dexter, celle qui intéresse en premier lieu le spectateur, trouve un développement. Mais là aussi, les promesses tombent vite à plat… [SPOILER !!!] Pourtant le personnage du docteur Vogel, qui a mis au point le fameux « code » de Dexter, esquissait les contours d’une possibilité scénaristique intéressante. Un retour aux sources bénéfique, qui devait ramener le personnage principal face à ses propres démons. Au final, de la poudre aux yeux. Un protagoniste une fois encore très mal exploité, à la caractérisation fuyante (empathique, puis menaçante elle aussi, avant de finir la saison spectatrice… puis cadavre). Son lien filial au serial-killer découpeur de cerveau en est l’un des développements les plus grotesques [FIN DU SPOILER].

DEXTER Saison 8

Fucking relationship

Restes évidemment les cas Dexter et Debra. Leur relation était l’une des clés du show. Elle a été massacrée par les scénaristes. La logique et la cohérence ont définitivement fui la série, laissant place à une invraisemblable relation foutraque. Débutant dans le froid et l’antagonisme complet (n’oublions pas que Debra a abattu de sang froid Laguerta pour sauver son frère), alcoolique, défoncée, Miss « Fuck » n’a besoin que de deux épisodes pour recoller les morceaux avec son frère, comme si de rien n’était. [SPOILER !!!] Douze derniers épisodes qui seront comme autant de montagnes russes (pas en terme d’émotion, faut pas exagérer…) et de va-et-viens dans l’approche psychologique du personnage. Même sa disparition relève du grand n’importe quoi.

[MEGA SPOILER DE LA MORT !!!] Alors, rien à sauver de cette saison 8 ? Contrairement aux critiques lues un peu partout, l’épilogue de la série apparaît pourtant comme ce qui pourrait être considéré comme le moins raté de cette saison finale. Enfin, Dexter a pris une décision. Cela faisait près de quatre ans que cela ne lui était plus arrivé. Enfin, l’émotion revient, avec ce choix de laisser derrière lui compagne et enfant, et de s’exiler pour payer sa dette, tel un pénitent. Conscient que son entourage était en danger à ses côtés, il préfère tout abandonner et finir ses jours seuls, loin des siens. Dans cette optique, la mort n’était plus la solution idéale, et c’est une existence de souffrance qu’il s’impose dès lors. L’ultime regard caméra ne dit rien d’autre… Et avec lui, enfin, on retrouve ce qui faisait le sel des meilleurs moments de la série. C’était il y a longtemps, et c’est désormais bien loin derrière…

DEXTER Saison 8

DEXTER – Saison 8 (USA – 2013)

Mauvais

Genre : Série dramatique policière – Acteurs : Michael C. Hall, Jennifer Carpenter, David Zayas, Charlotte Rampling, Sean Patrick Flanery, Sam Underwood…

Saison finale pour la série Dexter qui a su soulever l’enthousiasme à ses débuts, avant de sombrer dans la médiocrité totale depuis quelques années. Cette huitième et dernière saison est malheureusement dans la continuité… Attention, évidemment, SPOILERS en pagaille…

3 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s