-Films Nul

[Critique] NURSE 3D de Douglas Aarniokoski

NURSE 3D

Certains films sont d’emblée antipathiques. On n’y peut rien, c’est comme ça, dès les premières images, ils livrent à leur corps défendant toutes les clés de leur médiocrité. Une belle gageure en soit. Et une certaine forme d’honnêteté. Même involontaire. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils sont dépourvus de prétention. Bien au contraire… Et Nurse 3D en est une belle illustration. Petit film d’horreur plutôt orienté thriller à suspense (soi-disant) sexy-gore, le quatrième film de Douglas Aarniokoski se verrait bien enfiler le costume du divertissement de genre qui s’affirme dans un même élan porte-étendard moralisateur de la condition féminine, pointant un doigt accusateur sur la tromperie et la muflerie de la gente masculine. En cela, l’ambition ne manque pas. Evidemment, l’effet produit sur le spectateur est bien différent.

Etrange série B, qui souhaiterait se donner des allures de film haut de gamme, Nurse 3D se voudrait de toute évidence subversif. Objectif raté, tant le résultat n’affiche qu’une forme de vulgarité racoleuse et faussement cool. Lorgnant esthétiquement du côté des bandes de type « Grindhouse » qui pullulent en vidéo depuis quelques années (l’effet Boulevard de la mort, Planète Terreur, Machete et cie), notamment au bénéfice d’un générique bien sympa, Nurse 3D en fait des tonnes pour s’offrir les faveurs du spectateur auquel il cligne sans cesse de l’œil. Aarniokoski colle au plus près du derrière de sa comédienne principale, la bomba Paz de la Huerta (Enter the Void, 4h44 Dernier jour sur terre), faisant découvrir au spectateur la bien mauvaise habitude que son personnage a pris, à savoir trucider les hommes infidèles. Il en profite au passage pour dévoiler généreusement la plastique atomique de la Paz. Pour ceux (et celles) qui souhaitent se rincer l’œil, Nurse 3D offre de la matière ! L’actrice de Boardwalk Empire s’y désape en effet intégralement et régulièrement en full frontal. Ni plus ni moins. Pour les besoins d’un rôle exigeant diront les uns… Par pure gratuité répondront les autres.

NURSE 3D

En forme de Q…

Car Nurse 3D est d’une vulgarité, d’une beauferie sans pareil. Racoleur et opportuniste comme c’est pas permis, le film se dissimule derrière des caches misères en offrant donc son quota de scènes de popotins (uniquement de la Huerta cependant), quelques giclées sanglantes (surtout dans le final, grand-guignolesque à souhait), sans jamais proposer l’once d’un début d’ambition tant scénaristique qu’esthétique. Douglas Aarniokoski, dont les faits d’armes se résument quand même à Highlander Endgame, Animals et The Day (pfffffff…), ne parvient jamais à emballer son film, à faire décoller un énième récit de vengeance contre les hommes, par une infirmière bien trop bandulatoire pour être honnête. D’ailleurs, la prestation de Paz de la Huerta abonde dans le sens d’une incompréhension totale : elle passe l’intégralité du film à tirer une moue boudeuse, incapable d’éveiller le moindre sentiment par son jeu extrêmement limité. Pas de jaloux cependant, tout le casting passe au travers (mon dieu, le caméo éclair de Kathleen Turner… Mais pourquoi ???). L’honneur est sauf ! A part celui du spectateur, qui vient de s’envoyer en intraveineuse un peu plus d’1h20 de crétinerie vulgaire, grossière et vaine…. Quant à la 3D vaillamment ajoutée au titre (encore du racolage à deux balles)… Beurk (en relief)…

NURSE 3DNURSE 3D de Douglas Aarniokoski (USA – 2013)

Nul

Genre : Thriller Grindhouse – Avec Paz De La Huerta, Katrina Bowden, Judd Nelson, Kathleen Turner… – Durée : 83 mn – Distributeur : Metropolitan Filmexport (18 juin 2014)

Le jour, Abby Russell est une infirmière attentionnée et dévouée. La nuit, c’est une femme envoûtante et fatale qui offre son corps à des inconnus avides qui payent de leur vie ces quelques heures de plaisir intense. Depuis peu, Abby s’est prise d’affection pour Danni, une jeune et belle infirmière fraîchement diplômée qui vient de rejoindre l’hôpital. Sous l’effet d’alcool et de drogue, cette dernière succombe aux charmes d’Abby et partage une nuit de passion avec elle. Mais au matin, honteuse, elle s’enfuit laissant Abby seule en proie à ses obsessions incontrôlables.

Chronique en partenariat avec Cinetrafic, qui propose une liste des Meilleurs films d’horreur et des Meilleurs films 2014.

(23 commentaires)

      1. Oui, j’ai bien compris, mais un film détestable est forcément attirant…
        Et parfois on les aime autant que certains les détestent 😉
        Disons en tous cas que j’étais déjà curieux de ce film mais que tu as encore excité ma curiosité.
        En revanche, Cinétrafic ne répond même plus à mes mails concernant l’opération DVD, après les dizaines de bouses qu’ils m’ont envoyé et que j’ai chroniquées et juste parce que j’ai râlé d’avoir reçu un CDrom à l’image dégueulasse en guise de DVD « offert » et que j’ai refusé de le visionner et de le chroniquer dans ces conditions…
        Faut pas déconner non plus, un minimum de respect vu le temps qu’on prend à se coltiner les films (pas toujours les meilleurs ni ceux qu’on avait choisi en preums) et à rédiger un avis argumenté…
        Quand tu vois que certains empochent les DVD et ne se fendent que de 4 lignes de critique…^^

        J'aime

  1. mais dis-moi, ne sentirais-je pas poindre là un soupçon de colère de ta part… 😉
    Leur as-tu fais part de ton courroux ? Personnellement, je n’ai jamais eu de soucis avec eux. J’essaye de prendre des DVD pas trop pourris, même si c’est pas gagné à tous les coups (cf ci-dessus) Même si les contributions ont été espacées ces derniers temps…

    J'aime

    1. De la colère, faut pas exagérer mais je n’aime pas faire le tapin pour des nèfles 😉
      Et surtout, si je ne suis pas assez bien pour eux, pour X raisons, je préfère qu’ils me le disent plutôt que de faire les morts et de ne même pas répondre aux mails…

      J'aime

        1. Non, vraiment…
          mais ce système doit rester donnant donnant…
          Mon blog n’a pas l’ambition de certains à chercher une quelconque gloriole (je ne dis pas ça pour toi, sinon, je ne te lirais même pas lol), donc j’ai toujours bossé avec eux par pure passion, plutôt désintéressé, quand d’autres font la course à l’audience ou à la reconnaissance.
          Du coup, c’est un peu décevant d’être ainsi considéré alors que je n’ai jamais compté les heures de taf pour leurs partenaires…
          Je suis en train de basculer toutes les chroniques de mon blog sur Sens Critique et je suis moi même très étonné du nombre de critiques que j’ai rédigé pour eux… Et globalement, quasiment que des merdes ou pas loin, les trucs dont personne ne veut mais que moi, curieux de tout, même du Z, je mettais sur ma liste.
          Quand tu t’es farci Donnie Darko 2 ou SuperCroc, et que tu en as pondu un article long comme ma bite, crois moi, ça chiffonne un peu de se voir ainsi méprisé sans raison.
          Mais en colère, non, quand même, pas à ce point.
          Il y a tant de trucs qui me mettent réellement en rogne en vrai dans la real life pour ne pas me charger la mule avec Cinétrafic…lol

          J'aime

          1. ouais ça sert à rien de se mettre la rate au court-bouillon 😉 (quelle belle expression…)
            Moi aussi j’en visionne des bouses, même pour Freneticarts, de temps en temps. Ça devient frustrant au bout d’un moment, mais d’un autre côté, c’est un exercice marrant d’essayer de défendre une série z, un film unanimement détesté par tous… Même si parfois, y a vraiment rien à en tirer…

            J'aime

      1. Je m’y remets, en ce moment…
        Rien publié depuis lurette par contre.
        Mais notamment à cause d’eux, j’espérais trouver un peu de motivation en recevant un DVD, même d’un film moyen. Histoire de me botter un peu le cul pour m’y remettre.
        Et finalement, c’est Sens Critique qui ne m’a jamais rien demandé ni proposé qui me redonne envie, parce que leur site est infiniment mieux foutu, faut dire…

        J'aime

        1. Ah mais il n’est point mort… J’ai déjà balancé ma critique de 24 jours, le dernier Arcady sur Sens Critique, plus qu’à le copier coller et l’illustrer de l’autre coté, mais là, pas le courage…
          Surtout pour ce film lol

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s