-Films Be Kind rewind Mauvais

[Be Kind Rewind] THE ORDER de Sheldon Lettich (2001) et LE GRAND TOURNOI de Jean-Claude Van Damme (1996)

Tentative (vaine ?) de réhabilitation de la carrière de Jean-Claude Van Damme, Partie 2. Où il est question du GRAND TOURNOI et THE ORDER...

The Order de Sheldon Lettich

The Order de Sheldon LettichCe deuxième coffret Blu-Ray édité par Seven Sept et réunissant deux films de Jean-Claude Van Damme, fait resurgir deux œuvres extrêmement mineures, voire embarrassantes pour le comédien belge.
The Order, sorti en 2001, est l’un des projets développé par l’acteur alors qu’il est dans une phase totalement bis de sa filmographie. Après le succès publique et la gloire des années 90, Van Damme connaît une chute vertigineuse qui le fait bondir de mauvais choix en navets. The Order, mis en scène par son fidèle collaborateur Sheldon Lettich (Full Contact, Double Impact…) s’inscrit dans cette veine de bandes fauchées, tournées dans des pays d’Europe de l’Est ou du Moyen-Orient, avec d’anciennes gloires sur le retour. Non content d’être devant la caméra, Van Damme y occupe le poste de co-scénariste. Et autant le dire tout net : le résultat est catastrophique. JCVD tente de surfer sur une trame vaguement serialesque, en lançant son personnage à la recherche de son père et d’un mystérieux parchemin. Le tout se voudrait léger, quasi mystique, avec un ton un peu plus humoristique et décalé, moins orienté coup de tatane et action qu’habituellement pour le karatéka belge. A la manière d’un aventurier du pauvre qui donnerait des coups de savate comme Indiana Jones distribue coups de fouets et punchlines, The Order échoue dans les grandes largeurs. Le scénario est inintéressant, les scènes d’action à peine regardables tant elles sont mal pensées et montées à la serpe, quant à l’interprétation générale… L’apparition d’un Charlton Heston fatigué pour une courte séquence d’à peine dix minutes, est symptomatique d’une recette dont les composantes ajoutées ne parviennent jamais à faire un film qui se tient.
Mauvais du début à la fin, The Order prouve qu’il ne suffit pas d’avoir une idée, d’écrire un scénario sur un coin de table et de le filmer avec des moufles pour donner naissance à un film digne de ce nom. Et quand on pense que c’est le grand Pino Donaggio qui signe la musique… Dramatique.

La quête du dragon dorée

Le Grand tournoi de Jean-Claude Van DammeLa problématique de The Quest (Le grand tournoi en VF), est assez similaire quoique légèrement différente. Première réalisation de Jean-Claude Van Damme en 1995, ce récit d’aventure diffère lui aussi de la castagne contemporaine à laquelle l’acteur nous avait habitué jusqu’alors. Fini les décors urbains, cap sur l’exotisme et la Thaïlande de 1925. Van Damme s’essaye modestement à la fresque historique. Les aventures de son personnage, acrobate de rue qui vient en aide aux orphelins, et se retrouve un peu malgré lui transbahuté à l’autre bout du monde pour participer au plus grand tournoi d’arts martiaux de la planète, dispose de toute la légèreté et la naïveté nécessaires au genre. Tant mieux. Mais il contient également toutes les (mauvaises) caractéristiques des films de JCVD : caractérisation simpliste des personnages (mention à Roger Moore qui cabotine à souhait) et enjeux ras-des-pâquerettes. Le tout au service de sa star. Car tout converge vers le fameux tournoi final, et ses interminables affrontements entre combattants caricaturaux venant des quatre coins de la planète (remember Bloodsport), dans une sorte de nouvelle adaptation de Tintin à la sauce Street Fighter (Van Damme était de l’adaptation du célèbre jeu vidéo signée Steven E. de Souza, un an plus tôt).
Atomisé à sa sortie par la critique, The Quest peut, vingt ans après et avec beaucoup, beaucoup de recul, être légèrement réhabilité tant la candeur de son propos, un peu nigaud, apparaît comme ce que Van Damme a fait de plus sincère dans cette triste période de sa carrière. Un constat qui s’ajoute à une réalisation qui se borne à illustrer son scénario (et livrant ses affrontements obligatoires à base de ralentis jusqu’à l’overdose), mais qui n’est pas plus honteuse que celle de tous les tâcherons (John Woo, Ringo Lam et autre Tsui Hark mis à part) qui ont “dirigé” la star belge tout au long de sa carrière.

THE ORDER de Sheldon Lettich

LE GRAND TOURNOI de Jean-Claude Van Damme

USA – 2001/1996mauvais

Genre : Action – Interprétation : Jean-Claude Van Damme, Roger Moore, James Remar, Janet Gunn, Sofia Milos, Brian Thompson… – Musique : Pino Donaggio et Randy Edelman – Durée : 184 minutes – Distributeur : Seven Sept.
Date de sortie : 6 juillet 2016

L’histoire : The Order : Oscar, un archéologue sur la piste d’un manuscrit en Israël, disparaît sans laisser de trace. Son fils Rudy part alors à sa recherche mais sur place, on lui assure que son père n’a jamais mis les pieds sur le territoire. Rudy se retrouve alors mêlé aux dangereux plans d’une secte religieuse souhaitant déclencher l’Apocalypse…
Le Grand tournoi : En 1925, Christophe Dubois, acrobate de rue, est le leader d’un groupe d’orphelins. Recherché par des trafiquants, Christophe s’enfuit vers l’Extrême-Orient. Découvert par un équipage de pirates, il est enchainé puis libéré par leur chef, qui décide d’un faire un champion de combats clandestins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s