[Critique] LES GARDIENS DE LA GALAXIE vol. 2 de James Gunn

LES GARDIENS DE LA GALAXIE vol. 2 de James Gunn

LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2 de James GunnEn 2014, James Gunn dégainait Les Gardiens de la Galaxie, franchise Marvel qui secouait les héros chiants comme la pluie des têtes de gondoles du studio. 3 ans plus tard, il récidive avec le volume 2 et remet une pièce dans le juke-box.
Pas la peine de tergiverser, le scénario du volume 2 s’embarrasse d’une quête pseudo-métaphysique sur les mystères des origines et d’une guimauve sentimentale dont on se serait bien passé. Et à vrai dire, une intrigue plus fun et immorale -genre braquage qui dégénère- aurait suffi, comme pour le volume 1, pourvu qu’elle permette de dégommer à tout va, en balançant des punchlines bien senties. Pour autant, il ne faut pas bouder son plaisir car le film déloge le lyrisme quand il s’incruste, en le flanquant d’un sens précis du désamorçage et d’un goût immodéré pour l’autodérision (en témoigne, cette histoire de bande adhésive en pleine bataille finale).
Aux prises avec des atermoiements émotionnels et un tee-shirt moulant qui le boudine, le héros Star-Lord est clairement en perte de vitesse au niveau de la « coolitude ». Pourtant, c’est bien cette capacité des personnages à transpirer la décontraction -qui n’est pas sans rappeler certains protagonistes des films de Quentin Tarantino- qui fait le charme de ces gardiens. Il y a quelque chose de cathartique à réagir aux vannes et invectives que se balancent cette bande de tocards mal assortis, à l’image du personnage de Drax qui devient franchement drôle. Ainsi, la distanciation, l’incongruité des réactions et la part laissée dans l’intrigue à l’accident/aux accidents, semblent sans cesse claironner qu’il ne s’agit que d’un film, un objet ludique et artificiel, et qu’au final tout ça n’est pas très sérieux.

564133.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Nostalgic du cool

Mais la grande force des Gardiens de la Galaxie, c’est d’organiser le paradoxe entre une certaine nostalgie du passé et l’hyper-futurisme. A ce jeu, le film est bardé de références -musicales d’abord- mais aussi issues du cinéma: On y trouve pêle-mêle, la figure de Kurt Russell, ponte des films d’anticipation New York 1997 et Los Angeles 2013, la figure iconique de Sylvester Stallone et, plus  surprenant et intéressant, une citation directe de La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock. Mais Les Gardiens de la Galaxie louche aussi du côté de la télévision et des jeux vidéos  avec, par exemples, une apparition-éclair de David Hasselhoff, un clin d’œil appuyé à Pac-Man et une esthétique générale qui emprunte à des environnements de jeux vidéos (on pense à No man’s sky… ).
Par dessus tout, James Gunn semble avoir un faible pour le kitsch. En témoignent la crête cyber-punk de Yondu ou les objets sur le « tableau de bord » de son vaisseau, la séquence d’ouverture avec un Kurt Russel -jeune !- très 70’s, la peau bling-bling-plaquée-or du peuple des Souverains ou le style rococo-outrancier de la planète Ego. Mais, ce sont les statues du palais qui cristallisent le mieux le référentiel de James Gunn, à la fois mannequin de vitrines à pattes d’eph’ et cheveux longs, figures blanchâtres rappelant les sculptures d’Orange mécanique et œuvres plastiques qui semblent tout droit sorties des ateliers Jeff Koons. Bref, de quoi faire des Gardiens de la Galaxie un film déjà vintage qui construit sa propre mythologie à contre-sens des héros Marvel réguliers, en prise avec des crises morales dans des mondes dramatiquement semblables au nôtre.
Avec son air de ne pas y toucher, Les Gardiens de la Galaxie vol. 2 écorne –un peu- la bienséance et le formatage pour faire la part belle au fun, à la chance, au bon sens et au plaisir. Un film qui se prend, en écho à la première séquence, comme on taille la route dans une super caisse avec une bande-son géniale dans l’autoradio cassette !

LES GARDIENS DE LA GALAXIE vol. 2 de James Gunn


LES GARDIENS DE LA GALAXIE Vol. 2
James Gunn (USA – 2017)

3

Genre Science-fiction – Interprétation Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Vin Diesel, Bradley Cooper, Kurt Russell… – Musique Tyler Bates – Durée 136 minutes.

L’histoire : Musicalement accompagné de la « Awesome Mixtape n°2 », Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

Par Lesinge

Rédacteur sur Obsession B.

1 Comment on [Critique] LES GARDIENS DE LA GALAXIE vol. 2 de James Gunn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Three Mothers Films

Si vous n'aimez pas mes films, ne les regardez pas - Dario Argento

CritiKs MoviZ

Critiques de films ...

LA FOUTOIROTHÈQUE

Collection cinéphagique en forme de boxon

Sweet Judas

Le blog qu'on sait pas trop de quoi il parle, mais qu'il est vachement beau.

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Le blog de la revue de cinéma Versus

Films de genre & grands classiques

Mauvais Genre

par amour pour le cinéma de genre

Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Beaucoup de cinéma, un zeste de littérature, une cuillerée de sport et d'actualité et un tantinet d'histoires du quotidien d'un zéro.

Les Chroniques de Cliffhanger & Co

Actualités cinéma et séries tv : Critiques, news, analyses...

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :