[Critique] VALHALLA de Fenar Ahmad

Qu’une coproduction entre le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande accouche d’un film de vikings mettant en scène les Dieux nordiques que sont Odin, Thor ou Loki paraît d’une logique implacable. Valhalla, réalisé par Fenar Ahmad, sentait bon le film énervé et bourrin que tous les spectateurs nostalgiques du 13e Guerrier de John McTiernan s’attendaient à voir.
Levons d’entrée de jeu l’emballement enthousiaste soulevé par un tel énoncé : la sauvagerie inhérente à ce que l’on est en droit d’attendre d’une représentation à l’écran du peuple viking, avec son folklore fantastique, n’a ici pas lieu d’être, ou en tout cas dans une version très expurgée, pour une simple et bonne raison : Valhalla s’adresse à un public jeune. Adapté d’une bande dessinée de Peter Madsen ultra célèbre au Danemark et ayant fait l’objet d’une première transposition à l’écran sous forme de série animée, Valhalla le film ne dépassera donc jamais le cadre du spectacle familial sans effusions de sang ni implications moralement douteuses. Vous voilà prévenus ! Ceci étant posé, il n’était pas exclu que le film puisse se révéler enthousiasmant en abordant des thématiques adultes, comme peut le faire par exemple la superbe trilogie animée Dragons… On suit ici deux jeunes enfants, Tjalfe et Roskva, frère et soeur destinés à reprendre la modeste ferme familiale, mais dont les aspirations s’élèvent au-delà de ce milieu étriqué. L’arrivée un beau jour de Thor et Loki bouleverse leur existence et les conduit tout droit dans le domaine des Dieux, afin de servir ces êtres surhumains. Filmé tout du long à hauteur d’enfant et à travers les yeux de la jeune Roskva, Valhalla se doit d’être abordé avec l’indulgence de mise, en adéquation avec le public visé. On ne sera donc pas forcément étonné d’y découvrir des enjeux et perspectives assez réduits et un regard d’une naïveté quelque peu confondante sur l’action.

A Thor et à travers

Pour autant, le réalisateur, également co-scénariste, a choisi de développer une représentation assez sombre de l’univers en question, peuplé de Dieux feignants et ivrognes, de créatures mauvaises, de nains machiavéliques et d’un loup géant redouté, dans des lieux glauques et humides. Et on ne peut que reconnaître que la caméra de Fenar Ahmad, réalisateur de Flow en 2014 et Darkland en 2017, sait y faire pour filmer quelques beaux plans iconiques en diable. Par exemple lorsque Thor et Loki débarquent en pleine tempête à Midgard, la terre des hommes, leur arrivée est signifiée de manière suffisamment graphique pour éveiller un frisson chez le spectateur. De quoi faire regretter la direction plus balourde empruntée par la suite… Car passée cette séquence inaugurale, le film n’offrira plus réellement de scènes à ce niveau d’évocation. Pire, la représentation des Dieux sombre assez souvent dans le grandiloquent caricatural, pas aidé par une interprétation assez peu convaincante. La palme revenant à Thor, incarné par un Roland Møller (Atomic Blonde, Skyscraper) trop peu charismatique. On ne s’étonnera pas non plus de certaines largesses du script, comme cette facilité déconcertante de pénétrer ou de s’échapper du domaine des Dieux. Le film souffre par ailleurs d’un budget que l’on devine limité, contraignant les scènes d’intérieur à quelques décors caverneux, plutôt maigre… Les extérieurs en forêt s’en tirent bien mieux (on pense à l’imagerie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson), valorisés par la caméra de Fenar Ahmad et la belle photographie de Kasper Tuxen Andersen. L’affrontement final est malheureusement à l’image du film dans son ensemble : prometteur, mais bien trop timide pour faire naître un soupçon de frisson épique à l’ensemble. S’orienter vers le public familial n’excuse pas tout, et s’il reste très fréquentable par sa technique et son identité visuelle très réussies, Valhalla se révèle plutôt inoffensif…

Note : 2.5 sur 5.
VALHALLA
Fenar Ahmad (Danemark/Norvège/Suède/Islande – 2019)
Genre Aventure, Fantastique – Avec Roland Møller, Patricia Schumann, Ali Sivandi, Jacob Ulrik Lo… – Musique Jens Ole Wowk McCoy – Durée 106 minutes. Distribué par Metropolitan (26 juin 2020).
Synopsis : Les frères et soeurs vikings Tjalfe et Roskva ont été mis en esclavage par les dieux Thor et Loki. Ils sont emmenés au Valhalla où ils rencontrent Quark, un géant simplet mais gentil. Le trio essaie de s’enfuir mais Tjalfe est pris en otage par un clan de géants. Pendant ce temps, le redoutable loup Fenrir menace de détruire le monde…

L’édition Blu-ray de METROPOLITAN

Technique

Note : 4 sur 5.

Très belle copie HD présentée par Metropolitan, très propre et dotée d’une définition remarquable. Les contrastes sont irréprochables, même durant les scènes de nuit, permettant d’apprécier la très belle photo du film dans d’excellentes conditions.
Beau travail également sur le rendu sonore, un constat valable sur les deux pistes proposées : danoise et française, avec une belle générosité dans la restitution de l’ambiance, des effets sonores bien spatialisés, tout en conservant une place nette aux dialogues.

Interactivité

Néant.

Article de Nicolas Mouchel

Scribouillard créateur d'Obsession B.
Journaliste en presse écrite et passionné de cinéma de genre, particulièrement friand des œuvres de Brian De Palma, Roman Polanski, John Carpenter, David Cronenberg et consorts... Pas insensible à la folie et l'inventivité des cinéastes asiatiques, Tsui Hark en tête de liste... Que du classique en résumé. Les bases. Normal.

Contact : niko.mouchel@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Three Mothers Films

Si vous n'aimez pas mes films, ne les regardez pas - Dario Argento

CritiKs MoviZ

Critiques de films ...

LA FOUTOIROTHÈQUE

Collection cinéphagique en forme de boxon

Sweet Judas

Le blog qu'on sait pas trop de quoi il parle, mais qu'il est vachement beau.

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Le blog de la revue de cinéma Versus

Films de genre & grands classiques

Mauvais Genre

par amour pour le cinéma de genre

Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Beaucoup de cinéma, un zeste de littérature, une cuillerée de sport et d'actualité et un tantinet d'histoires du quotidien d'un zéro.

Les Chroniques de Cliffhanger & Co

Actualités cinéma et séries tv : Critiques, news, analyses...

%d blogueurs aiment cette page :