[Be Kind Rewind] LE BAZAAR DE L’EPOUVANTE de Fraser C. Heston (1991)

Le Bazaar du Bizarre

Stephen King est l’un des auteurs américains les plus adaptés à l’écran, c’est un fait établi. Et forcément, vu la quantité astronomique de transpositions au cinéma ou à la télévision, autant dire que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Quand on cite les principales réussites de portage à l’écran de l’œuvre de l’écrivain du Maine, on note assez peu souvent Le Bazaar de l’Épouvante (Needful Things) de Fraser C. Heston. Pourtant, le film sorti en 1993 constitue une très honnête adaptation de son univers. On y retrouve l’habituelle petite bourgade nommée Castle Rock, qui sert de décor à bon nombre d’histoires de King, avec une poignée de personnages aux caractères et aux failles bien marqués. L’irruption d’un vieux brocanteur nommé Leland Gaunt, qui ouvre une boutique où l’on peut trouver tout ce que l’on y cherche, bouleverse l’existence de cette petite communauté. Il faut dire que le vieil homme demande plus que de l’argent pour que ses clients puissent repartir avec l’objet de leurs rêves. C’est souvent avec une série de “services” en tous genres que l’homme se paye. Et son caractère méphistophélique va rapidement plonger la petite ville dans le chaos le plus complet… Cette trame au demeurant totalement “kingienne” dans l’esprit, a abouti à un long roman de près de 700 pages que le réalisateur Fraser C. Heston (fils de Charlton) et son scénariste W.D. Richter (réalisateur du dinguo Les Aventures de Buckaroo Banzaï à travers la 8e dimension et scénariste des Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin) ont eu la lourde tâche de condenser pour leur transposition à l’écran. Le résultat paie clairement son tribut à l’auteur de Christine, avec un soin tout particulier porté aux personnages, dont les relations s’avèrent compliquées en raison d’inimitiés et de conflits que les souhaits de Gaunt vont mettre en lumière et décupler, dressant les habitants les uns contre les autres, telles des marionnettes manipulées avec pas mal de sadisme par une représentation à peine dissimulée du Diable en personne. C’est ce contexte de haine et de défiance, de déliquescence des rapports humains, que le livre décrit, et que le film tente de restituer de manière plus ou moins fidèle.

Casting quatre étoiles

Dans Le Bazaar de l’Épouvante, Fraser C. Heston filme ce grand manège social grotesque avec beaucoup d’application. Bien qu’assez classique et télévisuelle dans sa forme, fonctionnelle et sans éclat pourront juger les mauvaises langues, sa mise en scène s’avère néanmoins efficace et permet de suivre les deux heures d’intrigue sans ennui. Évidemment, l’adaptation s’est vue contrainte de sabrer de nombreux éléments et personnages, tout en atténuant une partie de la violence et des aspects les plus sombres et malsains du livre. Pour autant, le film ne trahit jamais le propos de Stephen King et tient encore très bien la route. Un montage de trois heures spécialement prévu pour la télévision, plus riche, figure sur le Blu-ray édité par Rimini (lire ci-dessous). Clairement, le réalisateur n’aura jamais fait mieux au cours de sa brève carrière derrière la caméra. L’autre point fort du film demeure son casting quatre étoiles : Max Von Sydow, Ed Harris, Bonnie Bedelia, Amanda Plummer ou encore l’excellent J.T. Walsh composent des personnages puissants et incarnés, poussés au bout du rouleau, voire de la folie par les manigances de Leland Gaunt. Le shérif Alan Pangborn (personnage que l’on retrouve dans d’autres histoires de King se déroulant à Castle Rock et sous les traits de Michael Rooker dans l’adaptation de La Part des Ténèbres par Romero), qui voir clair dans le jeu machiavélique de Gaunt, tente de mettre fin à ses agissements et de redonner un semblant d’ordre dans le chaos ambiant, est campé par un impeccable Ed Harris, qui assure une présence charismatique comme à son habitude. Film d’ambiance, d’atmosphère avant tout, sans effets outranciers, Le Bazaar de l’Épouvante a plutôt bien vieilli et reste aujourd’hui encore un excellent film fantastique des années 90, ainsi qu’une adaptation très honnête de l’œuvre de King. Ce qui, dans ce qui constitue quasiment un sous-genre en lui-même parcouru de nombreuses déconvenues, n’est déjà pas une mince performance.

Note : 3.5 sur 5.

LE BAZAAR DE L’EPOUVANTE. De Fraser C. Heston (USA – 1991).
Genre : Fantastique. Scénario : W. D. Richter. Interprétation : Max von Sydow, Ed Harris, Bonnie Bedelia, Amanda Plummer, J.T. Walsh… Musique : Patrick Doyle. Durée : 120/180 minutes. Disponible chez Rimini Editions (22 novembre 2021).

L’histoire : Leland Gaunt, vieux monsieur apparemment inoffensif, vient d’ouvrir une boutique à Castle Rock. Un endroit incroyable où chacun peut trouver, pour un prix dérisoire, ce dont il a toujours rêvé. Mais les intentions de Leland Gaunt ne sont pas aussi bienveillantes qu’il l’affirme, et bientôt la petite ville va sombrer dans le chaos.


L’édition Blu-ray de Rimini

TECHNIQUE. Avec cette nouvelle édition très classe de sa collection “Fantastique”, Rimini livre un bel écrin pour le film de Fraser C. Heston. Pour autant, le master utilisé ne propose pas une image à s’en décrocher la mâchoire. Certes, l’image est globalement propre et sans trop d’artefacts gênants, mais elle manque quelque peu de puissance, que ce soit au niveau des couleurs, de la définition ou des contrastes. Si on dispose d’un grain appréciable, on est bien face à un rendu très télévisuel et sans grande envergure. Néanmoins, l’édition ici présentée permet de voir le film dans des conditions réellement convenables et intéressantes.
On l’a dit, le film ne joue pas la carte du spectaculaire, donc inutile d’attendre un réel déferlement sonore de cette édition. Si l’on excepte les dernières scènes servant de climax, un peu plus agitées, les pistes anglaise et française en DTS-HD 5.1 restent assez sages, mais d’une clarté et d’un dynamisme sans faille. Les deux autres pistes en DTS-HD 2.0 restent d’une très bonne qualité.

Note : 3.5 sur 5.

INTERACTIVITE. En dehors d’une courte featurette d’époque sur le tournage au ton très promotionnel et du commentaire audio de Fraser C. Heston, le gros morceau de l’interactivité se situe dans la version longue du film. D’une durée de trois heures, soit une heure de plus que la version cinéma, ce nouveau montage, qui n’est pas un Director’s Cut pour autant, mais une mini-série pour la télévision en deux épisodes, fait la part belle aux personnages en enrichissant drastiquement leur psychologie et surtout leurs motivations. Elle s’ouvre par ailleurs sur une longue scène de poursuite en voiture qui tient assez bien la route (!). Avec cette heure supplémentaire, le film trouve un équilibre encore meilleur et, disons le clairement, une forme adéquate, dont la longueur ne se fait jamais réellement sentir. C’est cette version que l’on conseillera à tous ceux désirant découvrir le film. Attention néanmoins : ce montage n’a pas bénéficié de la restauration du cut cinéma, et se trouve proposé au format 1.33 4/3, avec une qualité d’image basse définition qui n’empêche pas, cependant, de profiter du film. Cette édition comprend également le traditionnel livret écrit par le journaliste de Mad Movies Marc Toullec

Note : 4 sur 5.

Article écrit par Nicolas Mouchel

Créateur et rédacteur sur Obsession B. Journaliste en presse écrite et passionné de cinéma de genre, particulièrement friand des œuvres de Brian De Palma, Roman Polanski, John Carpenter, David Cronenberg et consorts… Pas insensible à la folie et l’inventivité des cinéastes asiatiques, Tsui Hark en tête de liste… Que du classique en résumé. Les bases. Normal.
Contact : niko.mouchel@gmail.com

2 Comments on [Be Kind Rewind] LE BAZAAR DE L’EPOUVANTE de Fraser C. Heston (1991)

  1. Arhh merdum… je l’ai revu récemment dans sa version cinéma et j’étais impatient de découvrir cette version longue mais je crains que l’idée de passer du BR au pas restauré en SD et 4/3 va me couper l’envie…

    Aimé par 1 personne

    • Oui c’est un peu le souci de cette version longue. Même si l’ensemble reste très correct techniquement, largement regardable, on n’est pas sur une version HD. Quand on est habitué à la qualité, c’est dur de se contenter d’une version inférieure aujourd’hui 😬

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Three Mothers Films

Trigger Warning : presque tout...

CritiKs MoviZ

► CKMZ ◄ Critiques de films ...

LA FOUTOIROTHÈQUE

Collection cinéphagique en forme de boxon

Sweet Judas

Le blog qu'on sait pas trop de quoi il parle, mais qu'il est vachement beau.

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Le blog de la revue de cinéma Versus

Films de genre & grands classiques

Mauvais Genre

par amour pour le cinéma de genre

Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Beaucoup de cinéma, un zeste de littérature, une cuillerée de sport et d'actualité et un tantinet d'histoires du quotidien d'un zéro.

%d blogueurs aiment cette page :