-Films Bon

[Critique] BLOOD CREEK de Joel Schumacher

Avec Blood Creek, Joel Schumacher revient au cinéma fantastique, genre qu’il avait plutôt bien illustré à l’époque des Génération Perdue et autre L’Expérience Interdite. Après s’être vautré ces dernières années dans la fiente des blockbusters mongolos et friqués en leur apportant quelques plus beaux fleurons (Batman et Robin, Le Fantôme de l’opéra et cie), le cinéaste âgé aujourd’hui de 70 ans, plus vraiment bankable à Hollywwod, torche une proposition de cinéma d’horreur directe et sans chichi. Surprenant.

Dire qu’on attend un nouveau film de Joel Shumacher avec impatience ne serait pas sérieux. Le cinéaste a, ces dernières années, accumulé les films au mieux médiocres, au pire honteux. Le voir revenir à une petite production horrifique dotée d’un casting alléchant titille néanmoins la curiosité. Blood Creek constitue en ce sens une assez bonne surprise par la modestie et l’honnêteté de son entreprise. Le réalisateur propose dès la première séquence, un magnifique prologue en noir et blanc se situant à la veille de la seconde guerre mondiale. L’impressionnisme allemand n’est pas loin dans cette entrée en matière dans laquelle l’intriguant Michael Fassbender fait déjà sensation.
La rupture de ton est déjà radicale pour la suite. Un bond dans le temps ramène le spectateur à une réalité plus familière et le colle aux basques de deux frères, interprétés par Henri Cavill et Dominic Purcell. Le deuxième a mystérieusement disparu ces dernières années, et réapparaît brutalement, charriant avec lui une belle malédiction des familles…

Brutal et sincère

L’ingéniosité du script de cette série B pure et dure, c’est son caractère franc du collier, direct, féroce, sans aucun chemin détourné. Schumacher l’illustre à merveille en s’attachant à entrer dans le vif du sujet de manière immédiate et radicale, sans exposition à rallonge et explications superfétatoires, quitte à désorienter le spectateur dans un premier temps. C’est la grande force du film.
Un bad guy nazi-zombie charismatique particulièrement flippant (Michael Fassbender style !), une poignée de personnages prisonniers d’une ferme par une malédiction et nos deux frangins qui débarquent. Quelques séquences gores impressionnantes bien craspec (et assez inégales en terme de SFX), et c’est à peu près tout ce que l’on aura. Mais c’est déjà beaucoup ! Bien entendu, le film souffre d’incohérences assez énormes, de personnages bien patauds incarnés par des acteurs quand même très limites (Purcell, quel bovin…) et de situations à la limite du grotesque (le cheval possédé dans la maison). Mais en l’état, le cœur de cette intrigue associant nazisme et occultisme est totalement réjouissant pour l’amateur de séries B horrifiques.
Un film sacrément réjouissant, brutal et sincère à défaut d’être complètement réussi…

Blood CreekBLOOD CREEK de Joel Schumacher (2008)

Intéressant

Avec Henry Cavill, Dominic Purcell, Emma Booth, Michael Fassbender…

En 1936, le Troisième Reich envoie à Town Creek, aux Etats-Unis, le professeur Richard Wirth, un expert à la tête du grand projet de recherche en occultisme d’Hitler. Plus de 70 ans après, Evan Marshall est à la recherche de son frère aîné Victor qui a disparu dans la région. Victor réapparait la nuit suivante et sans aucune explication prend les armes pour traquer ses ravisseurs. Evan découvre alors que les Nazis sont toujours présents à Town Creek…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s