[Critique] RONAL LE BARBARE de K.V. Andersen, T. Christoffersen et P.E. Lipski (2011)

Barbare à deux balles ?

RONAL LE BARBARE

RONAL LE BARBARE

Débarqué sans être réellement attendu (ni passé par la case cinéma) dans nos vertes contrées en Blu-Ray/DVD, Ronal Le Barbare est une grosse surprise dans le domaine du film d’animation. Pas facile en effet de se faire une place aux côtés des produits surmédiatisés Pixar, Dreamworks et cie qui sortent sur les écrans. Né au Danemark l’an passé, le petit Ronal ne présente pas des attributs débordants (de dollars notamment), et paraît un peu gauche et gringalet (en termes techniques), et pourtant, il a un coeur immense !

Coréalisé par trois cinéastes danois, Ronal le Barbare est, comme son nom l’indique, une relecture pour le moins déviante et humoristique du personnage créé par Robert E. Howard, mais également de nombreux films et sagas comme Le Seigneur des Anneaux ou Star Wars. Pourtant, qui dit détournement, ne dit pas forcément blagues potaches et gratuites style Shrek et consorts… Les concepteurs de ce Ronal… prennent clairement leur sujet à coeur et disposent, c’est évident, d’une connaissance étroite de la mythologie de Conan et des règles de l’Heroïc Fantasy en général. Ils peuvent ainsi se permettre de pervertir cet univers ultra codifié en y apposant des déviances généralement à caractère sexuel, à des personnages que l’on voit habituellement sérieux comme des Papes. Ronal pour commencer, est un antihéros paroxystique dans un monde de barbarie et de violence. Né au sein d’un village de gros bras (et de ramollis du bulbe, il faut bien le dire), Ronal est présenté comme un personnage filiforme, une véritable brindille, quasiment élastique, sans aucune force et maladroit comme pas possible, affublé comme ses semblables d’un ensemble de cuir en lanière string déjà particulièrement audacieux. A ses côtés, Elric l’Elfe conserve cette forme de sagesse immortalisée à l’écran par Legolas dans la trilogie du Seigneur des Anneaux, qui est ici doublée d’une (homo ?)bisexualité évidente et d’un maniérisme exacerbé qui en font un personnage savoureux. Les grands méchants ne sont pas épargnés, bien au contraire… Le seigneur Volcazor est un mixe entre Goldorak et Dark Vador, tandis que ses sbires sont autant de culturistes bodybuildés adeptes des tétons percés et du sadomasochisme.

RONAL LE BARBARE

Ronal Macdonald

Cette juxtaposition entre le respect des codes d’un univers et l’ajout d’une série de situations et de blagues situées en dessous de la ceinture font tout le sel de Ronal le Barbare. Car les concepteurs du film n’ont pas oublié de proposer quelques images absolument magnifiques et iconiques rappelant des illustrations sorties tout droit des planche d’un Frazzeta. Et si l’animation et le graphisme ne sont pas toujours au top du hip-hop, les paysages qui entourent les personnages sont particulièrement fouillés et agréables à l’oeil. Au final, le scénario très classique qui suit la quête d’un Ronal contraint à se dépasser pour sauver les siens et trouver l’amour, n’a rien d’extraordinaire. Mais le film amuse généreusement, est même parfois très drôle (au top : la scène dans laquelle Ronal s’infiltre dans la tour, complètement invisible, sauf ses testicules qui se baladent… arf !) et dispose de suffisamment de séquences épiques pour emporter l’adhésion.


RONAL LE BARBARE
Kresten Vestbjerg Andersen, Thorbjorn Christoffersen, Philip Einstein Lipski (Danemark – 2011)

3Genre Fantasy – Musique Nicklas Schmidt – Durée 89 minutes. Distribué par Seven 7.

L’histoire : Ronal est un jeune barbare fluet qui ne ressemble en rien aux grands gaillards musclés de son village. Mais lorsque ces derniers sont capturés par le méchant seigneur Volcazor, Ronal va devoir faire preuve de force et de courage. Accompagné par Alibert, le barde, Zandra, la guerrière, et Elric, le guide lutin, Ronal se lance dans une quête périlleuse pour libérer son clan…

Par Nicolas Mouchel

Journaliste et créateur d'Obsession B.
Passionné de cinéma de genre, particulièrement friand des œuvres de Brian De Palma, Roman Polanski, John Carpenter, David Cronenberg et consorts... Pas insensible à la folie et l'inventivité des cinéastes asiatiques, Tsui Hark en tête de liste... Que du classique en résumé. Les bases. Normal.
Contact : niko.mouchel@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Three Mothers Films

Si vous n'aimez pas mes films, ne les regardez pas - Dario Argento

CritiKs MoviZ

Critiques de films ...

LA FOUTOIROTHÈQUE

Collection cinéphagique en forme de boxon

Sweet Judas

Le blog qu'on sait pas trop de quoi il parle, mais qu'il est vachement beau.

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Le blog de la revue de cinéma Versus

Films de genre & grands classiques

Mauvais Genre

par amour pour le cinéma de genre

Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Beaucoup de cinéma, un zeste de littérature, une cuillerée de sport et d'actualité et un tantinet d'histoires du quotidien d'un zéro.

%d blogueurs aiment cette page :