/Films/

[Be Kind Rewind] THE CRATER LAKE MONSTER de William R. Stromberg (1977)

THE CRATER LAKE MONSTER

A l’image de l’inénarrable Night Train to Terror paru conjointement en DVD chez nos amis du Chat qui fume, The Crater Lake Monster marque un retour nostalgique vers le cinéma des années 70/80. Contrairement au premier film cité, il s’agit bien ici d’une véritable série B dans le sens noble du terme, qui, malgré ses imperfections, parvient malgré tout à dégager une forme d’honnêteté intellectuelle et un parfum de nostalgie bien agréable.

Film de monstre animé image par image, The Crater Lake Monster donne à voir la vie d’une poignée de personnages, au fin fond d’une petite ville campagnarde californienne, qui vit essentiellement de ses ressources naturelles et des maigres profits engrangés par son lac. Une galerie de personnages hauts en couleur évoluent sous nos yeux ébahis, entre les ploucs américains au final assez attachants, les scientifiques au rabais, le shérif justicier et le couple bourgeois tête à claque, les protagonistes (à fort taux stéréotypé) apportent la matière nécessaire au bon développement d’une intrigue fantastique à base de météorite tombée du ciel et d’apparition d’une bestiole géante, hargneuse et affamée.

L’étron animé

William R. Stromberg, qui, quelques années plus tard, œuvrera sur les effets visuels du fameux Night Train to Terror de sinistre mémoire, démontre ici de bien meilleur façon son talent de réalisateur sachant capter les miniatures animées chères à Ray Harryhausen. Il faut dire qu’il s’est entouré pour l’occasion d’une équipe en devenir pour les effets spéciaux : Randall William Cook (The Thing), Tom Scherman (Flesh Gordon) et Phil Tippett (Star Wars). Tout de même… Si le monstre jaillissant des eaux évoque aujourd’hui davantage un étron animé qu’une véritable créature préhistorique, son intégration au sein d’un film plutôt bien tenu visuellement, fonctionne néanmoins, si l’on n’est pas trop pointilleux sur les juxtapositions d’images, notamment pour tout le final.

THE CRATER LAKE MONSTER

Réalisé pour une bouchée de pain, The Crater Lake Monster fait ainsi honneur au genre avec une photographie digne de ce nom, rendant justice aux paysages américains. Surtout, le réalisateur, dont c’est l’unique long-métrage, ne privilégie pas sa créature par rapport à ses personnages. Il donne à ces derniers une importance considérable assez audacieuse pour un film court d’exploitation, n’hésitant pas non plus à verser dans la comédie pure avec son duo de pieds nickelés campagnards au QI faiblard… Beaucoup de bonnes intentions au final pour ce Crater Lake Monster qui conserve cette aura de sympathie quelques 35 années après, rendant justice au genre dans lequel il s’illustre, avec une honnêteté et un amusement qui se doivent d’être signalés.


THE CRATER LAKE MONSTERCRATER LAKE MONSTER (USA – 1977)Intéressant

Genre : Film de monstre/Fantastique, Acteurs : Richard Cardella, Glen Roberts et Mark Siegel…, Durée : 83 minutes, Distributeur : Le Chat qui fume


Une météorite s’écrase dans le lac de la petite ville californienne de Crater Lake, menaçant d’ensevelir une équipe de scientifiques venant de faire une découverte importante sur les premiers hommes. Bientôt, tandis que la faune se raréfie autour du lac, ont lieu d’étranges disparitions. Quelque chose de gigantesque attaque ceux qui abordent ses rives et s’aventurent sur ses eaux.

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s