[Critique] THE UNTHINKABLE de Crazy Pictures

Récompensé au 26e Festival du film fantastique de Gérardmer du Prix du Jury, du Prix de la critique et du Prix du jury jeunes, The Unthinkable débarque sur les écrans chez Wild Side précédé d’une flatteuse réputation. Doté d’un budget limité, ce premier film suédois du collectif Crazy Pictures, qui conjugue drame familial et film catastrophe, dénote dans la cinématographie de son propre pays, qui n’est pas, non plus, la plus représentée sur les écrans. C’est donc avec une certaine curiosité que l’on se penche dessus…
The Unthinkable débute comme un drame centré sur le personnage d’Alex, jeune homme passionné de musique au sein d’une famille au bord de la rupture, entouré d’une mère effacée et en conflit avec un père tyrannique, colérique et violent. Alex est présenté comme fragile, dévalorisé par un père qui n’entend pas la sensibilité artistique de son fils qui se recroqueville dans une forme de mutisme. Rien ne semble l’atteindre, le bouleverser, pas même la mort de sa mère dans une explosion dans le métro. L’éloignement de son amie Anna, achève de pousser le jeune homme à quitter la cellule familiale. Dans une première partie qui ausculte les problématiques familiales, l’absence de communication, les cinéastes prennent le temps de poser des personnages et des enjeux émotionnels forts, qui représentent autant de fondations solides et indispensables à la suite du film. A première vue, le film donne l’illusion de s’inscrire dans un courant du cinéma dépressif nordique, avec ses couleurs chaudes sépia à quelques encablures de Lars Von Trier. Pas forcément toujours très subtil et original dans sa représentation de l’implosion de la cellule familiale, le film reste pourtant juste, grâce notamment à l’implication et la justesse des comédiens.

Quand tout bascule…

The Unthinkable bascule ensuite de manière plutôt inattendue dans une toute autre direction, et se mue en film catastrophe, alors que des explosions dévastent plusieurs secteurs de la ville et que des événements inexpliqués (une pluie acide, des personnages aux comportements incontrôlés) interviennent. Une sorte de grand dérèglement général qui se dévoile par petites touches, des situations, à première vue anodines, des comportements de plus en plus étranges. La situation se met à vriller subitement. Et tandis que les catastrophes se succèdent, les personnages d’Alex, son père, Anna, sa belle-mère ministre du pays et d’autres se retrouvent plongés dans le chaos, tour à tour se croisant et se quittant, contraints de fuir vers un bunker afin de les protéger d’une menace dont on ignore la nature. C’est là que le film passionne, dans ce qu’il parvient à capter de ce déraillement global et inexplicable. A la hauteur des personnages, le spectateur est témoin de ces phénomènes qu’il ne comprend pas. L’immersion y gagne en efficacité.
Formellement, et malgré son économie de moyens, le film est pertinent avec sa caméra portée, proche des personnages. Une rigueur et une inspiration formelles qui s’illustrent de la meilleure manière dans un plan magnifique : un travelling circulaire autour d’Alex, faisant office d’ellipse temporelle terriblement significative lorsque le jeune homme passe d’un piano seul dans une chambre à une salle de concert bondée. Dans sa deuxième partie, The Unthinkable devient aussi spectaculaire que tout ce qui a précédé semblait réaliste et aride. Le film joue l’économie de moyens mais n’en oublie pas l’efficacité avec de longs plans séquences virtuoses et toujours lisibles, même au plus fort de l’action (les multiples carambolages sur le pont sont réellement impressionnants).

Le piège de la surenchère

Pas avare en explosions et scènes d’action, The Unthinkable se montre d’une belle générosité, n’évitant pas, toutefois, le piège de la surenchère gratuite et les incohérences et facilités scénaristiques (les liens de parenté entre tous les personnages). Dans sa dernière partie, le film navigue dangereusement sur la frontière du vraisemblable qui l’a tenu jusqu’alors, et sacrifie l’approche mystérieuse initiale sur l’autel du grand spectacle et de l’émotion un peu poussive. Exemplaire dans sa mise en place, The Unthinkable paye alors un trop plein de générosité et d’envie de cinéma. Car heureusement, et c’est ce que l’on retiendra au bout du compte, ce premier film du collectif Crazy Pictures est un bon gros morceau de cinéma, bardé de plans magnifiquement composés et évocateurs. Il se permet même de s’achever sur une note forte au cœur d’une église détruite, sous des torrents de pluie, dans laquelle l’émotion alimentée par tout ce qui a précédé, prend toute sa puissance.


THE UNTHINKABLE
Crazy Pictures (Suède – 2018)

Genre Drame/Action- Interprétation Christoffer Nordenrot, Jesper Barkselius, Lisa Henni, Pia Halvorsen… – Musique Gustaf Spetz – Durée 129 minutes. Distribué par Wild Side (VOD le 29 mars 2019 et Blu-Ray et DVD le 3 avril 2019).

L’histoire : Alors que sévit une attaque mystérieuse supposée terroriste, Alex est forcé de retourner dans son village natal. Il y retrouve Anna, son amour de jeunesse, ainsi que Bjorn, son père qu’il n’a plus vu depuis plusieurs années. Ensemble, ils devront renouer les liens brisés afin de survivre dans un pays plongé dans le chaos… en attendant le prochain assaut.



Catégories :Bon, En Vidéo

Tags:,

3 réponses

  1. Pour ma part, « The Unthinkable » est un film surprenant, et ce, pour diverses raisons. D’une part, c’est une production suédoise, et c’est plutôt agréable que de tels films arrivent jusqu’à nous, et d’autre part, les valeurs de productions sont de très bonnes qualités, démontrant ainsi qu’il n’y a pas qu’à Hollywood qu’on peut réaliser des films d’actions d’un bon niveau. L’intrigue est captivante, mais malheureusement le développement laisse à désirer, notamment dans le choix d’offrir un côté lunaire au personnage principal. Le rythme est sympathique, le récit est fluide, et la narration est linéaire, en dehors d’un ou deux flashbacks très courts. L’ensemble offre un bon divertissement, légèrement gâché par l’orientation donnée au personnage central… Dommage !
    Ma critique : https://wp.me/p5woqV-7ix

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :