-Séries TV

[Série TV] THE FRANKENSTEIN CHRONICLES (Saison 1) de Benjamin Ross

La série britannique THE FRANKENSTEIN CHRONICLES nous plonge dans le Londres victorien glauque et poisseux, dans le sillage d'une sordide affaire de trafic d'enfants... Et vient confirmer que les British sont décidément très forts en matière de série TV...

The_Frankenstein_Chronicles

084977Dans la foulée de l’impressionnante Penny Dreadful, dont les immenses qualités n’ont malheureusement pas eu la résonance qu’elles méritaient auprès du public, voici venir la série britannique The Frankenstein Chronicles, développée par Benjamin Ross et dont la première saison était diffusée sur les écrans anglais en 2015, puis début 2016 en France sur Canal +.
Les deux shows partagent une atmosphère et un décor situé au coeur du Londres victorien de la fin du XIXe siècle. Et c’est à peu près tout. The Frankenstein Chronicles suit l’enquête de l’inspecteur John Marlott (Sean Bean), embourbé dans une mystérieuse affaire de rapt d’enfants et de cadavres faits d’assemblage de corps. Série policière en premier lieu, avec ce que cela comprend de fausses pistes, de suspects multiples, de faux-semblants et de paranoïa, cette première saison y associe également un regard sur la société londonienne de la fin du XIXe siècle, avec sa lutte des classes, ses notables nantis et son petit peuple vivant dans la pauvreté. Ce contexte social est plus qu’une toile de fond, c’est un élément majeur et le cœur même de l’intrigue. Les familles les plus modestes voient leurs enfants (et leurs cadavres) disparaître, un trafic qui sied aux recherches scientifiques des notables sur l’anatomie humaine. Notables qui se déchirent par ailleurs sur une loi permettant aux médecins de disséquer les corps pour la science…

tf4Lv0uBQWdrdvqiDKi8eOoSRSP

Puzzle aux accents gothiques

Dans une tradition typiquement britannique, Benjamin Ross, à la fois scénariste et réalisateur des six épisodes de cette première saison, prend le parti d’assembler patiemment son puzzle aux accents gothiques, à quelques encablures des productions Hammer. Personnages, lieux et enjeux, The Frankenstein Chronicles est une série qui prend son temps, tricotant son intrigue policière avec l’objectif d’en tirer une oeuvre avant tout atmosphérique, où les dialogues se taillent la part du lion. Ambiance brumeuse, bas fonds sordides, éclairages à la lampe à pétrole, l’atmosphère est soignée et prend plutôt bien, renforcée par la prestation solide des interprètes, Sean Bean (l’inoubliable Boromir du Seigneur des Anneaux et Lord Stark de Game of Thrones) en tête.
L’une des particularités de cette première saison est qu’il ne s’agit pas d’une énième adaptation de l’histoire imaginée par Mary Shelley, mais d’une déclinaison de son univers, qui se permet d’inscrire l’influence de Frankenstein au sein même de son intrigue. La romancière y est un personnage central et on y fait référence à l’oeuvre, tandis qu’un apprenti docteur s’essaye à transcrire ses écrits. Un aspect méta, voire une mise en abyme du concept de Frankenstein, assez bien amené et qui tient la route. Plus axée policier que fantastique, la série ne joue pas la carte du spectaculaire, et pourrait rebuter par son aspect procédural. Ce serait passer à côté d’un très bon show, particulièrement sombre dans ses thématiques, dont la fin ouverte donne envie d’en découvrir la seconde saison…

8SjLhP6K4C6jGhtNEHR8IcUktZF


THE FRANKENSTEIN CHRONICLES (Saison 1)
Benjamin Ross (Royaume-Uni – 2015)

Note : 3.5Genre Fantastique – Interprétation Sean Bean, Richie Campbell, Elliot Cowan, Vanessa Kirby… – Musique Harry Escott – Durée 312 minutes. Distribué par Koba Films (28 février 2018).

L’histoire : Londres, 1827. Sur la piste de trafiquants d’opium, la police fluviale découvre le cadavre d’une fillette sur les bords de la Tamise. Chargé de l’affaire, l’inspecteur John Marlott est horrifié quand l’autopsie révèle qu’il s’agit d’un assemblage de corps d’enfants ! Son enquête le mène dans les bas-fonds les plus sordides à la poursuite d’un tueur diabolique capable de réanimer les morts, rappelant étrangement le mythe de « Frankenstein »…

un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s