Bilan 2017

TOP/FLOP de l’année 2017 (5/6)

Attention les yeux : Concept ! Avec peu de films vus à mon compteur personnel en 2017, l'occasion de transformer mon ratage en retourné-bicyclette était trop belle...

Le TOP des films que j’ai raté mais que j’aurais aimé voir :

MISE A MORT DU CERF SACRE de Yorgos Lanthimos

160cb02519c06205019d92fe21

Parce que Yorgos Lanthimos a le don pour pondre des histoires grinçantes, absurdes, alambiquées, intelligentes, drôles et parfaitement réjouissantes. Parce que son univers débridé et cynique allie critiques sociale et sociétale à des pulsions profondes, intimes et primitives. Parce que son cinéma parle autant à l’intellect qu’aux tripes et à l’inconscient. Parce que ce maelström génial se double d’une maîtrise de la mise en scène à couper au couteau. Parce que Canine est en très bonne place dans ma cinéphilie.

A GHOST STORY de David Lowery

1c00db63-3bd0-4c78-8fbd-40962fddcfff

Parce que le postulat de la représentation du fantôme sous sa forme la plus stéréotypée et enfantine m’intrigue bigrement. Parce que la dimension contemplative et poétique du film a l’air très puissante. Parce qu’il y a là une écriture dramaturgique affirmée et un acte de cinéma courageux, à contre-courant de la sacro-sainte efficacité à tout prix. Parce que Casey Affleck et Rooney Mara. Parce que le spleen et la fragilité nous rappellent le vertige d’être humains.

Lire la critique

OKJA de Bong Joon-Ho

Screen_Shot_2017_05_18_at_7.42.52_AM.0

Parce que Bong Joon-Ho, c’est quand même The Host et que de ce fait, question  bestioles, il en connaît un rayon. Que justement, le film avec sa grosse créature chelou est un peu la face B du film de monstre. Que Okja – mi-hippopotame, mi renault kango – n’est pas sans évoquer le bestiaire foisonnant de Hayao Miazaki. Parce que c’est une fable, probablement émouvante, cruelle et joyeuse, et que laisser parler les conteurs au creux des oreilles, ça fait aussi du bien.

WONDER WOMAN de Patty Jenkins

wonder-woman-1

Parce qu’enfin un film de super-héroïne. Parce que la nostalgie du lasso magique, des bracelets anti-balles, de l’avion invisible et de Lynda carter…

Le film que j’ai vu et que j’aurai pu rater (pour attendre une diffusion TV un dimanche soir ou une veille de rentrée scolaire) :

STAR WARS LES DERNIERS JEDI de Rian Johnson

423260.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Parce que Adam Driver, même s’il est très cool, on le préfère quand même chez Jim Jarmush. Parce que la psychologie des personnages (surtout Rey et Finn) a du être écrite à la va-vite sur un emballage de Big Mac. Parce qu’il y a quand même un vrai problème de narration et de gestion des ellipses. Parce que Ken Loach a raison : un film ne devrait pas durer plus longtemps qu’un match de foot !

Lire la critique

En bonus, mon meilleur film de 2017 (hors ligne éditoriale d’Obession B):

POUR LE RÉCONFORT de Vincent Macaigne

4110494.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx (1)

Parce que c’est un film qui ressemble à la vie avec ses failles, sa rudesse, ses rires, sa fureur, son grotesque, ses atermoiements, sa colère, ses imperfections, ses fulgurances, sa beauté, sa joie, sa couardise, ses mensonges, sa vérité, sa désinvolture, sa subversion, sa force, sa rage, sa rudesse, ses déconfitures, ses espoirs, sa grâce.

(4 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s