[Critique] X de Ti West

Partie de jambes en l'air chez les ploucs

Été 1979. Sous le soleil écrasant du Texas, une jeune équipe de tournage se rend dans une ferme isolée afin de réaliser un film pornographique amateur. Et ce, à l’insu des propriétaires du lieu, un couple de vieux paysans récalcitrants… X, huitième long-métrage de Ti West, ne dépareille pas dans la filmographie du réalisateur américain. On est bien en présence d’un film d’horreur à l’ancienne, évoquant les classiques du genre des 70’s, à commencer par Massacre à la Tronçonneuse de Tobe Hooper, œuvre séminale qui a engendré tellement de variations et quasiment autant de photocopies sans grand intérêt, pour un résultat souvent médiocre. On a rarement l’occasion de voir de réels descendants investis et habités qui peuvent prétendre tutoyer modestement le chef-d’œuvre de Hooper. Heureusement, Ti West figure en tête de liste des réalisateurs ayant tout compris au cinéma d’horreur contestataire des années 70. Des films dont l’horreur graphique n’a d’égale que la terreur sociale qu’ils auscultent et restituent à la face du spectateur. X replonge dans une époque bénie du cinéma (les années 70), de ses films réalisés à l’arrache sous un soleil de plomb et de ses mœurs décomplexées permettant à des producteurs malins de surfer sur le marché du film pour adultes en plein essor.

Emballant et jouissif

Auteur d’une poignée d’excellents films d’horreur, notamment The House of the Devil en 2010 (mais aussi des anthologies VHS et ABCs of Death en 2012 et du western In a Valley of Violence en 2016), qui embrassait déjà avec pertinence l’essence des classiques du genre des années 70-80, Ti West confirme sa position de cinéaste majeur du genre horrifique américain. Dans X, le réalisateur respecte avec application le schéma et les archétypes du survival mâtiné de slasher, pour mieux se les approprier, en les pervertissant de l’intérieur. Si on voit venir plusieurs bobines à l’avance la vendetta sanglante du couple de vieux « rednecks », on est davantage surpris par leurs motivations, celles-ci étant directement liées à la nature et au caractère sulfureux du projet « artistique » de leurs jeunes locataires. X devient dès lors un étrange tableau évoquant un sujet tabou au cinéma : la sexualité des seniors, mais aussi la lente dégénérescence des corps et le basculement vers la folie. Une approche osée et audacieuse dans le carcan d’un film de genre, qui plus est agrémentée d’une bonne dose d’humour, le tout sur fond de mise en abîme des galères d’un tournage de film indépendant (aussi pornographique soit-il). Ce cocktail explosif fait de X un film horrifique totalement emballant et jouissif (!), qui ne lésine pas sur les effusions gores, ni sur son torpillage en règle du fanatisme religieux. Ti West y confirme ses talents de metteur en scène et sa maîtrise des codes du cinéma d’horreur, et continue de façonner un style qui aime privilégier et s’appesantir sur la montée en tension, mais aussi les silences et l’attente, ces « moments de creux » entre deux scènes fortes, généralement royalement ignorés dans le genre. Avec X, Ti West signe incontestablement l’un des tout meilleurs films d’horreur de ces dernières années. Une merveille que l’on aura le droit de découvrir sur grand écran grâce à Kinovista (The Nightingale, The Innocents). En attendant de découvrir le préquel Pearl, et la suite de ce-dernier Maxxine, qui étendra la mythologie X.

Note : 4.5 sur 5.

X. De Ti West (USA – 2022).
Genre : Horreur. Scénario : Ti West. Interprétation : Mia Goth, Jenna Ortega, Brittany Snow, Scott Mescudi, Martin Henderson, Owen Campbell… Musique : Tyler Bates et Chelsea Wolfe. Durée : 106 minutes. Distribué en salles par Kinovista (2 novembre 2022).

L’histoire : En 1979, un groupe de jeunes cinéastes compte faire un film pour adultes dans la campagne du Texas, mais lorsque leurs hôtes les surprennent en flagrant délit, les acteurs sont obligés de se battre pour leur vie.

Par Nicolas Mouchel

Créateur et rédacteur sur Obsession B. Journaliste en presse écrite et passionné de cinéma de genre, particulièrement friand des œuvres de Brian De Palma, Roman Polanski, John Carpenter, David Cronenberg et consorts… Pas insensible à la folie et l’inventivité des cinéastes asiatiques, Tsui Hark en tête de liste… Que du classique en résumé. Les bases. Normal.
Contact : niko.mouchel@gmail.com

2 Comments on [Critique] X de Ti West

  1. Grand fan de Ti West depuis le tout premier film The Roost, j’ai hâte de voir ça. J’espère une sortie BR assez rapidement car j’attends ça depuis trop longtemps

    Aimé par 1 personne

1 Trackback / Pingback

  1. [Critique] BARBARE de Zach Cregger – Obsession B

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Three Mothers Films

Trigger Warning : presque tout...

CritiKs MoviZ

Critiques de films ...

LA FOUTOIROTHÈQUE

Collection cinéphagique en forme de boxon

Sweet Judas

Le blog qu'on sait pas trop de quoi il parle, mais qu'il est vachement beau.

A Sad Picture Of A Red Sky

Un blog où je vous parlerais de mes passions, le cinéma, la musique, les romans, les comics/BD, les séries TV et qui sait, un jour peut-être je vous parlerais de l’Univers A Sad Picture Of A Red Sky et de mes romans ;) En attendant bonne lecture, bon visionnage et bonne écoute ! D.A.G. //// A blog about movies, music, novels, comics, TV-shows and maybe one day I will talk to you about A Sad Picture Of A Red Sky Universe. Meanwhile, have a good reading, viewing and listening ;) D.A.G.

Le blog de la revue de cinéma Versus

Films de genre & grands classiques

Mauvais Genre

par amour pour le cinéma de genre

Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Beaucoup de cinéma, un zeste de littérature, une cuillerée de sport et d'actualité et un tantinet d'histoires du quotidien d'un zéro.

%d blogueurs aiment cette page :