-Films Chef d'Oeuvre

[Critique] SICARIO de Denis Villeneuve

Nouveau coup de maître pour Denis Villeneuve avec SICARIO. Le cinéaste canadien livre une oeuvre suffocante et sans concession, une plongée dans l'univers des cartels d'Amérique du Sud tendue d'un bout à l'autre, d'une virtuosité totale, qui vous prend aux tripes pour ne plus vous lâcher.

SICARIO de Denis Villeneuve

En quelques films, le Canadien Denis Villeneuve a gagné ses galons de cinéaste à suivre, avant de se faire rapidement une place à Hollywood et finalement de compter aujourd’hui parmi les réalisateurs les plus intéressants et influents du moment. Polytechnique, Incendies, Prisoners, Enemy et aujourd’hui Sicario, dessinent les contours d’une filmographie déjà passionnante et l’illustration d’une maîtrise rare de la mise en scène. En attendant la suite de Blade Runner, aussi redoutée qu’attendue…

Avec Sicario, Villeneuve poursuit son bonhomme de chemin cinématographique, sans jamais se répéter dans le propos ni dans le genre. Il s’attache cette fois à suivre un groupe d’enquêteurs spécialisés dans le trafic de drogue à grande échelle, traquant sans relâche les têtes pensantes des cartels d’Amérique Centrale et du Sud. Sicario est âpre, tendu et brutal. Brut de décoffrage dans son approche d’un sujet qui peut pourtant vite sombrer dans le cliché, et pourtant pensé dans ses moindres détails pour offrir au spectateur une expérience de cinéma dont ce dernier risque de se souvenir très longtemps. Dès l’ouverture, le film dresse sa note d’intention, ne s’embarrassant pas de considérations et d’explications superflues, il va droit au but. Une scène d’introduction qui fait l’effet d’un uppercut, voyant l’intervention d’une troupe d’élite pour sauver des otages dans le repère d’un narco-trafiquant au sein d’un village reculé des Etats-Unis. L’opération tourne au fiasco, et ce que découvrent les enquêteurs sur les lieux place très haut le curseur de la barbarie. Avec cette entrée en matière, le film parvient à prendre aux tripes avec un degré d’excellence et de tension qui rappellent l’ambiance et les effets d’un certain Se7en de David Fincher…

SICARIO de Denis Villeneuve

Moments de bravoure suffocants

Pas évident de tenir la barre avec une telle introduction. Pourtant, Sicario relève la gageure. Villeneuve livre une poignée de séquences mémorables et d’un tel niveau de mise en scène favorisant l’immersion, que l’on ne peut qu’applaudir une nouvelle fois le réalisateur de cette merveilleuse proposition de cinéma. Car le Canadien, au sein même d’un système hollywoodien qu’il nourrit dorénavant, prouve à chaque nouveau film toute l’implication qui est la sienne dans le sujet qu’il dépeint et l’univers qu’il explore, usant de tous les outils cinématographiques à sa disposition pour offrir un cinéma furieusement intelligent et efficace, sans jamais s’excuser de s’engager sur les plate-bandes du film de genre. Digression, digression… Néanmoins, Sicario se permet de donner à voir des moments de bravoure suffocants : des séquences de fusillades aussi brèves que violentes et définitives, dans un lieu aussi fréquenté qu’un péage d’autoroute à forte affluence… L’arrivée d’un convoi armé jusqu’au dent au cœur même de la fourmilière de Juarez afin d’en extraire un parrain, avec ses cadavres décapités et démembrés pendus aux quatre coins de l’écran… Une scène d’assaut nocturne dans un dédale de galeries filmée en caméra infrarouge en fin de métrage… Tout Sicario transpire la chaleur, suinte de tous ses pores, pour donner corps à cette plongée dans un cauchemar total, aux frontières de la légalité et de la moralité.

SICARIO de Denis Villeneuve

Noir c’est noir…

Pour donner vie à ces scènes infernales, Villeneuve a réuni un casting brillant et évident. Josh Brolin intrigue dans un rôle ou il alterne décontraction et violence subite, Benicio Del Toro fascine avec ce personnage de combattant mystérieux et taiseux aux méthodes brutales et sans concession. Mais c’est le rôle d’Emily Blunt qui cristallise l’attention. Présentée comme une femme d’action, elle se retrouve balancée au beau milieu de l’enfer, subissant continuellement l’action sans parvenir à comprendre (dans un premier temps) les tenants et aboutissants ni son implication. Elle constitue un point d’ancrage évident pour le spectateur. Son personnage n’est pas sans faire penser à celui de Jessica Chastain dans Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, oeuvre qui partage quelques points communs avec le film de Villeneuve. Notamment ce pessimisme ambiant qui laisserait penser que les actions sensées mettre fin aux agissements des parrains de la drogue ne peuvent se faire sans dommages collatéraux et sans emprunter des voies moralement douteuses. Un constat terrifiant et foncièrement noir que Denis Villeneuve éclaire de tout son génie au sein d’un film choc et essentiel.


SICARIO de Denis VilleneuveSICARIO de Denis Villeneuve (USA – 2015)

Excellent

Genre : Thriller – Avec : Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin, Daniel Kaluuya… – Musique : Jóhann Jóhannsson – Durée : 122 minutes – Sortie le 7 octobre 2015


La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate, une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique, l’équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre.

(5 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s